Isolation thermique extérieure et rénovation : Comment faire des économies d'énergie ?

Toute personne qui achète une maison ancienne et qui prévoit de la faire rénover prend connaissance du diagnostic de performance énergétique qui lui est obligatoirement remis.

En lisant ce document, elle a de fortes chances de constater que le bâtiment consomme beaucoup d’énergie en raison du fait que l’isolation des murs extérieurs est très insuffisante et qu’il y a de nombreux ponts thermiques.

En conséquence, il peut être judicieux de demander à l’entreprise à laquelle la rénovation est confiée de placer des panneaux d’isolation sur les faces extérieures des façades et des pignons.

Ces travaux peuvent en principe permettre une réduction des dépenses de chauffage comprise entre 25 et 30 %. Ces chiffres peuvent être dépassés si la conductivité thermique des murs est très forte, ce qui est parfois le cas des édifices anciens.

 

Tout projet qui a pour conséquence de modifier l’aspect extérieur d’une maison doit être autorisé par la mairie sur déclaration préalable. Un permis de construire doit être demandé si la maison concernée a le statut d’un monument historique.

Recevez 3 devis et économisez jusqu’à 35% sur vos travaux

En conséquence, la personne qui est intéressée par l’achat d’une maison à rénover doit prendre connaissance des règlements d’urbanisme de la localité où se trouve la maison pour savoir ce qu’elle aura le droit de faire dans le cadre de son projet de rénovation.

Elle doit notamment demander quels sont les matériaux d’isolation extérieure dont la pose sera autorisée compte tenu des éventuelles restrictions qui seraient motivées par le désir d’obtenir une harmonie de l’architecture des maisons se trouvant dans un quartier ou au bord d’une rue.

Cette démarche est capitale, car elle permet de savoir s’il sera possible de mettre en place des matériaux ayant une forte capacité d’isolation.

 

Une fois que le propriétaire de la maison à rénover a pris connaissance des règlements d’urbanisme, il a intérêt à faire un audit énergétique de la maison.

Cet audit qui doit être réalisé par un spécialiste de l’isolation des bâtiments consiste en premier lieu à évaluer les causes de l’importance des déperditions de chaleur ainsi que les dépenses de chauffage qui pourront être évitées si toutes ces causes sont supprimées.

Le spécialiste va notamment localiser tous les ponts thermiques et calculer le gaspillage d’énergie qui résulte de la présence de chacun de ces ponts.

D’autre part, il évaluera la conductivité thermique de chacun des murs pour que le propriétaire puisse se faire une opinion sur l’opportunité d’une isolation extérieure.

Recevez 3 devis et économisez jusqu’à 35% sur vos travaux

Le spécialiste peut également calculer les économies d’énergie qui seront procurées par chaque matériau dont la pose est autorisée. Une fois qu’il aura reçu les devis indiquant les dépenses à prévoir pour la pose de chacun de ces matériaux, il pourra calculer la rentabilité de chaque option possible.

 

Dans la mesure où s’agit d’un bâtiment ancien achevé depuis plus de deux ans et où le contribuable s’engage à y établir sa résidence principale, il peut bénéficier d’un crédit d’impôt égal à 15 % des dépenses engagées.

Cette réduction d’impôt est calculée en tenant compte d’un plafond de 8000 € pour un célibataire et de 16 000 € pour un couple marié ou lié par un PACS. Le plafond est majoré d’un montant de 400 € par personne à charge.

Toutefois, il faut notamment que les travaux d’isolation permettent d’obtenir une résistance thermique minimale. D’autre part, il faut que l’entreprise sélectionnée ait obtenu la certification “reconnue garante de l’environnement” et qu’elle fournisse le matériau.

 

La rentabilité de l’opération peut être accrue si la maison achetée a été achevée avant 1990. En effet, le propriétaire peut dans ce cas se faire accorder un éco-prêt à taux zéro. Le montant maximal de ce type de crédit est de 30 000 €.

Recevez 3 devis et économisez jusqu’à 35% sur vos travaux