Chaudière à gaz murale à condensation basse température : Quel prix ? Comment payer moins cher ?

ledabelleChaudièreChaudière GazChaudière à gaz murale à condensation basse température : Quel prix ? Comment payer moins cher ?

Les chaudières à gaz murale sont très performantes car il y a la possibilité de chauffer la maison de façon unique dans toutes les pièces.

 

Les fourchettes de prix à prévoir pour la fourniture et la pose des chaudières à gaz murales à condensation et à basse température

Cas des chaudières à condensation

Prestations fournies par l’entrepreneur

Prix moyens

Fourniture d’une chaudière à gaz murale

3000 € à 5000 € (à partir de 2000 € pour une chaudière n’assurant que le chauffage et ne produisant pas d’eau chaude).

Pose de la chaudière

500 € à 1 500 €

 

Cas des chaudières à basse température

Prestations fournies par l’entrepreneur

Prix moyens

Fourniture d’une chaudière à gaz murale à basse température

1 000 € à 4000 €

Pose de la chaudière

500 € à 1 500 €

Economisez jusqu’à 35%

 

Le choix de la chaudière : ce dont il faut tenir compte

La technologie d’une chaudière à basse température est moins évoluée que celle d’une chaudière à condensation.

Une chaudière à basse température peut consommer 10 % de gaz en moins qu’une chaudière classique, car elle peut produire la chaleur nécessaire pour le logement en ne chauffant l’eau qu’à 40 degrés.

Mais elle n’est pas autorisée pour le chauffage d’une maison neuve et la commercialisation de ce type de chaudière devrait cesser dans peu de temps, car sa technologie n’est pas conforme aux exigences de rendement ainsi que de protection de l’environnement.

Une chaudière à condensation est équipée d’un dispositif qui retient la vapeur d’eau contenue dans les fumées devant être évacuées.

Ceci permet de profiter de la chaleur de cette vapeur d’eau pour avoir un confort équivalent à celui que procure une chaudière n’ayant pas ce système tout économisant en moyenne le quart de la consommation de gaz d’une chaudière classique.

Si le logement concerné remplit les conditions exigées pour la pose d’une chaudière à basse température, son propriétaire a donc intérêt à faire une prévision du coût global annuel de l’utilisation d’une chaudière à condensation et de celle d’une chaudière à basse température.

Cette prévision lui permettra de savoir si une chaudière à basse température peut être réellement rentable compte tenu du fait que sa performance est inférieure à celle d’une chaudière à condensation.

Après avoir fait ces calculs, il faut choisir le modèle de chaudière en prenant en considération les critères suivants :

Les capacités que la chaudière devra avoir compte tenu de la surface de la maison, du nombre d’occupants et du climat de la zone géographique où la maison est située.

L’utilité d’une chaudière ayant des systèmes permettant d’adapter la consommation de gaz au niveau de l’occupation de la maison et aux variations quotidiennes des températures extérieures.

Le branchement du logement au réseau de distribution de gaz de ville.

Si ce branchement a été fait ou s’il est possible, il faut choisir une chaudière fonctionnant au gaz naturel.

Dans ce cas, une chaudière alimentée avec du gaz propane n’a le plus souvent aucun intérêt, car elle coûte plus cher et les dépenses annuelles sont alourdies à cause de la différence de prix entre le gaz propane et le gaz naturel.

Nature du gaz

Dépense annuelle correspondant à la consommation nécessaire pour le chauffage d’une maison bien isolée et dont la surface atteint 200 m2.

Gaz naturel de ville

8 00 €

Gaz propane

 1 350 €

 

Les démarches pouvant faciliter l’exécution du projet

Pour réduire le plus possible le coût global de la fourniture et de la mise en place de la nouvelle chaudière, il faut avant tout comparer plusieurs devis proposés par des entrepreneurs garants de l’environnement.

Ce statut est délivré aux professionnels ayant démontré leur savoir-faire pour les travaux réduisant la consommation d’énergie des logements.

Notre site permet d’adresser des demandes de devis à des entrepreneurs ayant ce label en faisant une démarche rapide et simple.

Si le logement a été achevé avant le 1er janvier 1990, le remplacement de la chaudière peut être financé avec un éco-prêt à taux zéro.

En principe, ce type de crédit doit financer en même temps d’autres prestations améliorant la performance énergétique du logement.

Si cette condition n’est pas remplie, la nouvelle chaudière doit réduire la consommation d’énergie à des niveaux n’excédant pas les chiffres figurant ci-dessous :

Consommation annuelle de l’édifice avant le changement de la chaudière

Limite de consommation après la mis en place de la nouvelle chaudière

Supérieure ou égale à 180 kWh/m2

150 kWh/m2

Inférieure à 180 kWh/m2

80 kWh/m2

Enfin, si les revenus du foyer devant changer sa chaudière sont peu importants, une demande de subvention peut être adressée à l’Agence nationale de l’habitat.