Comment peut-on isoler une fenêtre simple vitrage ?

  1. Les cas dans lesquels il peut être opportun de se contenter d’isoler des fenêtres à simples vitrages
  2. Le calfeutrage des fenêtres
  3. Le survitrage des fenêtres
  4. Les solutions complémentaires

Acheter une fenêtre standard c’est la première étape pour isoler la maison du monde extérieur.

 

Les cas dans lesquels il peut être opportun de se contenter d’isoler des fenêtres à simples vitrages

Une personne qui possède une maison ancienne et qui doit améliorer son isolation thermique peut être tentée de se contenter d’accroître l’isolation de ses fenêtres sans faire poser de doubles vitrages pour pouvoir conserver les anciennes menuiseries.

Cette solution peut s’envisager si les températures hivernales de la commune ne sont pas trop basses, si la maison se trouve dans un quartier calme et si l’assureur n’exige pas la mise en place de vitrages anti-effraction.

Des fenêtres anciennes ou vétustes sont à l’origine de 10 à 15 % des gaspillages de chaleur d’une maison dont l’isolation thermique est défectueuse.

Une amélioration de la capacité d’isolation de ces fenêtres peut entraîner des économies sur les dépenses de chauffage tout en valorisant la maison.

 

Recevez 3 devis et économisez jusqu’à 35% sur vos fenêtres

 

Le calfeutrage des fenêtres

Il s’agit d’une solution consistant à placer des joints sur la feuillure de la fenêtre au moyen d’un outil spécial et d’une bande de moulage.

Si ce travail est effectué habilement, les déperditions thermiques peuvent être sensiblement réduites. Les types de joints pouvant être choisis sont les suivants :

1/ Les joints en silicone qui sont destinés à être posés directement sur la feuillure de la fenêtre.

Toutefois, il est préférable de commencer par appliquer un produit primaire d’accrochage si la surface de cette feuillure est poreuse. Ce produit spécial améliorera l’adhérence du joint.

2/ Les joints métalliques qui sont résistants et qui se posent très facilement, car il suffit de les clouer sur le châssis de la fenêtre.

3/ Les joints adhésifs en mousse autocollants qui sont faciles à appliquer, mais qui doivent être changés tous les deux ans. Avant de les appliquer, il faut nettoyer le châssis de la fenêtre avec de l’alcool à brûler ou avec un détergent adapté.

Les joints adhésifs peuvent être fixés une fois que le cadre est sec.

 

Le survitrage des fenêtres

Cette solution peut favoriser une optimisation de la capacité d’isolation grâce à la pose d’un film de survitrage sur les carreaux.

En fournissant un film ayant une épaisseur de 6 mm, on bénéficie d’un coefficient de pénétration thermique réduit et d’une réduction des ponts thermiques. De plus, il peut atténuer les bruits provenant de l’extérieur.

Le film s’applique directement sur les carreaux.

Il est également possible d’appliquer un film isolant qui protège contre le froid et contre les rayons ultraviolets du soleil. Ce type de film peut être posé sur tous les vitrages.

Cependant, le résultat procuré par l’emploi de cette technique procurera un résultat inférieur à celui qui aurait résulté de la pose d’une fenêtre neuve. Ceci s’explique par les causes suivantes :

1/ Le manque d’étanchéité de l’espace compris entre le carreau et le survitrage. Ce manque d’étanchéité ne permet pas la présence d’un gaz offrant une meilleure isolation que l’air ambiant.

2/ La distance qui sépare le film de survitrage du carreau ne peut pas atteindre la distance qui sépare les deux vitres d’un double vitrage (cette distance s’élève à 16 mm).

3/ L’impossibilité de mettre en place une couche de matériau offrant une isolation thermique efficace.

 

Les solutions complémentaires

Si ces travaux ne sont pas suffisants pour que l’on puisse obtenir une réduction significative des dépenses de chauffage, il est conseillé de faire examiner la maison par un spécialiste de l’isolation thermique des logements.

Ce professionnel pourra analyser les principales causes des déperditions thermiques de la maison, ce qui lui permettra d’indiquer comment il est possible d’accroître les économies d’énergie en faisant poser des matériaux isolants sur les faces extérieures ou sur les côtés intérieurs des murs.

Par ailleurs, il pourra indiquer les solutions permettant d’améliorer la capacité d’isolation thermique du toit et des combles.

En effet, étant donné que l’air chaud a tendance à se diriger vers les combles, car il est plus léger que l’air froid, une mauvaise isolation des combles du toit peut être l’origine du tiers des déperditions de chaleur de la maison.

Recevez 3 devis et économisez jusqu’à 35% sur vos travaux

lectus pulvinar risus. et, ut Donec Nullam leo.