Une liposuccion douce : Prix ? Avant/après ? Douleurs ?

ledabelleSantéLiposuccionLiposuccion douce : Prix ? Avant/après ? Douleurs ?

Une liposuccion douce est une première étape vers le rétablissement du corps

 

Les indications de la liposuccion douce

Cette méthode de soin est adaptée pour les patients qui ont des petits amas de graisses sur un nombre restreint de lieux de leur corps.

Les spécialistes considèrent qu’elle convient s’il n’est pas nécessaire de traiter plus de trois surfaces, car une anesthésie générale est préférable s’il faut traiter davantage de zones.

D’autre part, elle répond bien aux attentes des patients qui ont des problèmes de cellulite.

En outre, elle est conseillée pour les lieux exigeant de la délicatesse comme c’est le cas des chevilles, du menton, des culottes de cheval peu volumineuses, des faces internes des cuisses ou des bras.

Enfin, dans certains cas, elle peut permettre de remédier à des imperfections de liposuccions faites antérieurement.

Notamment si la peau manque de symétrie ou si elle a un aspect de tôle ondulée.

Obtenir des devis pour votre liposuccion : Economisez jusqu’à 35%

 

Les examens préalables

Pour vérifier si ce protocole n’est pas contre-indiqué et s’il apportera une réelle satisfaction au patient, il faut que celui-ci consulte un chirurgien qui doit examiner de près les zones à traiter.

D’autre part, il interroge le patient au sujet de son état général et de son passé médical.

Cet entretien lui permet de connaître les éventuelles contre-indications ou les précautions qu’il conviendrait de prendre pour éviter toute complication et pour optimiser le résultat.

Si le chirurgien pense que l’intervention a toutes les chances de procurer un résultat positif, il remet au patient un document expliquant les avantages et les risques de la liposuccion envisagée.

Le patient dispose d’un délai au moins égal à 15 jours pour autoriser l’intervention.

L’étape suivante est constituée par une consultation avec l’anesthésiste qui réalise le bilan préalable obligatoire pour optimiser la sécurité et le confort du patient.

En principe, l’intervention peut se dérouler sous anesthésie locale, car elle est très légère. L’anesthésie locale peut être complétée par une administration de MEOPA.

Ce gaz qui est administré au moyen d’un masque assure une sédation tout en permettant au patient de rester conscient.

 

L’intervention et son résultat

Le chirurgien réalise des incisions très petites dans lesquelles il introduit des canules très fines. Une seringue est fixée sur la canule et elle permet d’enlever la graisse petit à petit.

Pour supprimer une cellulite, le chirurgien peut faire des mouvements en éventail croisé. Il peut aussi injecter de la graisse retirée à des endroits dont le volume est faible.

Une fois que les aspirations sont terminées, les incisions sont fermées par des points de suture effectués avec du fil résorbable. En conséquence, il n’est pas nécessaire de les retirer.

Enfin, la peau retrouve rapidement un bel aspect lisse et elle se rétracte plus vite que dans le cas d’une liposuccion réalisée avec un aspirateur chirurgical.

Il faut toutefois attendre la disparition totale de l’œdème dont la formation est atténuée par le port d’une contention dans deux semaines. Mais cette contention ne peut pas empêcher totalement l’apparition de ce gonflement.

Par ailleurs, le patient constate également la présence de quelques ecchymoses. Les douleurs sont modérées et le traitement proposé par l’équipe médicale permet d’en venir à bout très facilement.

 

Les frais à prévoir

Acte médical ou chirurgical

Prix moyen

Consultation préalable

Entre 100 et 150 €

Traitement du menton

1 500 €

Traitement d’une culotte de cheval

 2 500 €

 

Comment il convient de choisir le chirurgien

Le caractère léger de ce type d’intervention ne dispense pas le patient de se montrer exigeant en ce qui concerne le niveau de compétence que le chirurgien doit avoir.

L’ordre des médecins de son département lui indiquera les coordonnées des chirurgiens ayant la formation nécessaire.

Ensuite, il faut prendre connaissance des rapports d’accréditations qui sont publiés par la Haute autorité de santé et qui concernent les cliniques dans lesquelles ces chirurgiens travaillent.

Ces rapports peuvent être consultés sur le site Internet de cette autorité administrative dont la mission consiste à contrôler et à évaluer la qualité des soins exécutés dans les hôpitaux et dans les cliniques.