Liposuccion aisselles Prix ? Avant/Après ? Des Douleurs ?

ledabelleSantéLiposuccionLiposuccion aisselles Prix ? Avant, Après ? Douleurs ?

Plusieurs étapes sont à suivre pour une liposuccion, il faut consulter impérativement un chirurgien pour valider une opération.

 

Les solutions proposées à une personne qui souhaite se débarrasser des amas graisseux situés sous ses aisselles

Une personne qui constate que les zones cutanées se trouvant sous ses aisselles sont devenues trop graisseuses peut consulter un chirurgien spécialisé.

Il lui proposera la technique de liposuccion susceptible d’apporter la meilleure réponse à ses attentes.

Obtenir des devis pour votre liposuccion : Economisez jusqu’à 35%

 

Le déroulement de l’intervention

En principe, l’intervention peut se dérouler sous anesthésie locale et elle ne nécessite pas d’hospitalisation. Le chirurgien et des petites incisions sous l’aisselle et il introduit la canule dans les zones à dégraisser.

Ensuite, il pratique une aspiration de graisse permettant d’obtenir un résultat visible.

Toutefois, il doit laisser une quantité minimale de graisse pour éviter un relâchement inesthétique de la peau qui pourrait nécessiter un lifting.

Par ailleurs, la liposuccion douce qui consiste à aspirer les amas graisseux au moyen d’une seringue constitue une bonne technique qui permet d’éviter le risque d’apparition de bosses ou de creux disgracieux.

D’autre part, le chirurgien s’efforce de faire de gestes réguliers pour que le résultat soit homogène.

Si le patient est une femme, il laisse subsister une fine couche de graisse pour éviter que le muscle situé sous la peau soit trop saillant.

Si le relâchement cutané est important, le chirurgien propose de pratiquer un lifting des bras six mois après la liposuccion.

Enfin, avant de proposer ce type d’intervention à un homme, le chirurgien doit vérifier si les volumes excédentaires résultent bien d’une surcharge graisseuse et non d’un développement excessif des muscles.

 

Les suites de l’opération

Pourquoi le patient risque moins d’attraper des œdèmes ou des ecchymoses, l’équipe médicale lui propose de porter un vêtement compressif pendant une durée comprise entre quatre et six semaines.

Le plus souvent, l’activité professionnelle peut être reprise au plus tard cinq jours après l’intervention. En ce qui concerne l’activité sportive, le patient doit attendre un mois.

En ce qui concerne le résultat, le patient découvre avec plaisir que ses aisselles sont devenues plus fermes et plus harmonieuses.

Il faut toutefois attendre quelques semaines pour que le résultat définitif apparaisse dans la mesure où la peau doit s’adapter à la nouvelle anatomie de la zone traitée.

Enfin, les douleurs postopératoires sont modérées et le patient peut les soigner facilement.

 

Les cas dans lesquels ce type d’intervention peut être contre-indiqué

L’intervention peut être contre-indiquée temporairement ou définitivement dans les cas suivants :

I/ Patient fumeur

II/ Problème circulatoire important notamment en raison d’un risque de phlébite ;

III/ Problème au niveau de la cicatrisation de la coagulation

IV/ Fragilité de l’état général du patient

V/ Prise de pilule contraceptive

VI/ Femmes allaitantes ou enceintes.

 

La dépense prévisible

Une liposuccion pratiquée au niveau des bras peut coûter en moyenne 2500 €.

En ce qui concerne une intervention limitée aux aisselles, le montant peut être voisin de cette somme, mais il faut comparer les tarifs demandés par les cliniques si cela est possible.

Obtenir des devis pour votre liposuccion : Economisez jusqu’à 35%

La consultation préalable coûte entre 100 et 150 €.

 

Les examens préalables et le choix de la clinique

L’opération est toujours précédée d’une consultation avec un anesthésiste et avec le chirurgien qui doit remettre un devis détaillé ainsi qu’un document indiquant clairement les avantages et les éventuels risques de l’intervention.

Toutefois, il est toujours judicieux de commencer par demander l’avis de son médecin généraliste.

Pour choisir la clinique, il faut toujours prendre connaissance des comptes-rendus d’accréditation des cliniques dans lesquelles travaillent les chirurgiens.

Ayant les qualifications nécessaires en consultant le site de la Haute autorité de santé.