Implant Dentaire

Un implant est une prothèse fixée sur un pilier qui est lui-même attaché à une vis en titane préalablement insérée dans la mâchoire du patient. Ce type de traitement a notamment l’avantage de permettre la pose d’une prothèse totalement indépendante des dents voisines.

Le dentiste n’a donc pas besoin de tailler ces dents, ce qui mérite d’être pris en considération si elles sont saines.

 

La démarche thérapeutique débute toujours par un examen minutieux de la dent qu’il faut restaurer et de la mâchoire du patient.

Le dentiste complète son examen visuel en prenant des radiographies et en conseillant éventuellement des examens complémentaires.

Il mesure la hauteur et la largeur de l’os dans lequel la vis en titane devra être insérée. En effet, les dimensions de cet os doivent être suffisantes pour que la vis puisse bien s’intégrer compte tenu de ses propres dimensions.

Or, son diamètre atteint souvent près de 4 mm et sa longueur peut atteindre 1 cm.

Si les dimensions de l’os sont insuffisantes, le dentiste peut suggérer de combler cette insuffisance en greffant un fragment d’os prélevé dans la cavité buccale du patient ou éventuellement sur un autre os de son corps.

Dans ce cas, le prélèvement est effectué sous anesthésie générale dans un bloc opératoire.

Par ailleurs, le dentiste vérifie si le patient n’a pas de problème médical pouvant contre-indiquer la pose de l’implant.

En effet, cette intervention n’est pas possible si le patient a le sida et ce peut être le cas s’il a une maladie des os ou du cœur. D’autre part, toute pathologie présente dans la bouche du patient doit être traitée avant la mise en place de l’implant.

En outre, un patient qui fume doit arrêter de fumer, car le tabac provoque l’apparition de lésions qui peuvent entraver le processus de cicatrisation de l’intervention. Ce phénomène peut réduire sensiblement les chances de réussite de l’intégration de la vis dans l’os de la mâchoire.

Lorsque la pose de l’implant est possible, une anesthésie locale est réalisée. Elle peut être complétée par une sédation analgésique par voie intraveineuse qui améliore le confort du patient si plusieurs implants sont posés au cours de la même séance. Mais dans ce cas, l’intervention a lieu dans une clinique.

Ensuite, le dentiste creuse un petit trou dans l’os de la mâchoire avant d’insérer la vis et de proposer au patient la confection d’une prothèse provisoire qui devra être conservée pendant toute la durée nécessaire à la cicatrisation. Il faut faire preuve de patience, car ce délai est souvent au moins égal à quatre mois.

Pendant toute cette période, il faut éviter de consommer des aliments trop durs pour ne pas risquer de briser la prothèse provisoire. Une fois que la cicatrisation est terminée, la prothèse définitive est mise en place.

Recevez des devis gratuits de professionnels pour vos implants dentaires dans votre région

 

Pour réduire la dépense, il est possible de consulter un dentiste se trouvant dans un pays où les soins dentaires sont moins coûteux qu’en France.

Ainsi, le prix d’un implant peut être limité à 1000 € si l’intervention se déroule en Roumanie ou en Hongrie. Si elle est réalisée en Tunisie, le prix peut ne pas dépasser 900 €.

Il résulte que l’économie réalisée est importante, surtout si le patient a besoin de se faire placer plusieurs implants.

Cependant, le dentiste auquel l’intervention sera confiée doit être choisi judicieusement.

 

Un patient qui demeure en France n’a en principe pas droit au remboursement d’une pose d’implant dentaire par sa caisse d’assurance-maladie.

Ceci résulte du fait que ce type d’intervention n’est pas inscrit sur la nomenclature des actes médicaux dont la prise en charge est prévue.

Cette prise en charge n’est possible que si le patient a été victime d’une absence de poussée normale de toutes ses dents pendant son enfance ou d’un déchaussement dentaire consécutif à un traitement nécessité par son état de santé.

Il en est ainsi notamment en ce qui concerne les patients ayant un cancer soigné par une chimiothérapie. Pour que la prise en charge puisse être accordée à l’un de ces patients, il doit demander à son dentiste d’adresser son dossier au médecin-conseil de sa caisse d’assurance-maladie.

La demande doit contenir un compte rendu rédigé par le dentiste et indiquant le diagnostic ainsi que le traitement préconisé.

Il faut également joindre une radio panoramique dentaire, une radio du poignet du patient et des pièces médicales attestant l’origine de l’absence de dents dans la mâchoire.

Dans les autres cas, le patient doit adhérer à une mutuelle accordant de bons remboursements des prothèses dentaires et des poses d’implants.

Le choix de la mutuelle doit être précédé d’une comparaison des offres de plusieurs organismes.

Il faut tenir compte du prix à prévoir pour la pose de chaque implant, de son passé médical et dentaire ainsi que des risques de traumatismes dentaires qui peuvent résulter des sports que l’on pratique.

En choisissant une mutuelle qui propose la possibilité de faire exécuter les soins dentaires dans un centre mutualiste, il est possible de profiter d’un très bon rapport qualité-prix.

Le patient qui tient à bénéficier de garanties plus étendues tout en profitant de primes plus basses peut enfin choisir un assureur qui accepte de prendre en charge des soins réalisés dans un autre pays.

Une personne qui fait ce choix doit cependant tenir compte du fait que la pose d’un implant dentaire nécessite au moins deux séances et qu’elle sera par conséquent obligée de se déplacer plusieurs fois.

eleifend diam odio fringilla dictum quis ut venenatis, id ut elit. nunc