Isolation Phonique

L’objectif de l’isolation phonique d’un logement est d’assurer la tranquillité de ses occupants en leur évitant d’être trop dérangés par les bruits extérieurs ou par les bruits d’impact.

En effet, les personnes qui occupent des logements qui ont été achevés antérieurement à l’entrée en vigueur des normes d’isolation acoustique sont parfois dérangées par la transmission des bruits provenant du trafic routier ou des activités des voisins.

Par ailleurs, une personne qui occupe un logement situé dans l’un des étages d’un immeuble et qui tient à éviter de déranger ses voisins doit faire en sorte que les bruits provenant de son propre appartement soient faibles.

Le règlement de copropriété peut par ailleurs exiger qu’elle fasse effectuer les travaux pour isoler le plancher notamment si le sol de son appartement est entièrement recouvert de carrelage.

En outre, si une personne qui possède un bien dont la construction n’est pas récente et qui prévoit de louer peut devoir faire effectuer des travaux d’insonorisation pour que le logement réponde à l’obligation de décence imposée par la loi du 6 juillet 1989.

Enfin, la valeur locative ou vénale d’un logement est toujours améliorée si des travaux sont effectués en vue d’accroître son confort.

 

Il est souvent possible de choisir entre plusieurs solutions pour isoler phoniquement un logement.

Pour optimiser cette opération, il faut choisir le procédé ainsi que les matériaux en tenant compte des éléments suivants :

  • La cause des bruits qui sont les plus gênants
  • Le niveau du bruit ambiant de la zone géographique
  • Leur intensité qui est mesurée en décibels
  • L’objectif de réduction des bruits que l’on souhaite attendre
  • Le cheminement de ces bruits (en effet, une éventuelle diffusion du bruit provenant du niveau supérieur par les parois verticales ou par les conduites doit être prise en compte).

Il en résulte qu’il est nécessaire de demander à un spécialiste de l’isolation acoustique des bâtiments de faire un diagnostic des problèmes de bruit constaté dans le logement. Ce professionnel évaluera l’intensité du bruit qui est transmis par la voie aérienne ainsi que celle des éventuels bruits d’impact.

Ses constatations lui permettant d’indiquer ce qui doit être fait pour que l’insuffisance d’isolation du logement soit corrigée de manière optimale. Il pourra notamment indiquer la nature et l’épaisseur des matériaux qui doivent être mis en place pour atteindre le niveau de confort recherché.

En ce qui concerne les fenêtres, il pourra dire qu’il faut mettre en place des doubles ou des triples vitrages et s’il serait judicieux de faire mettre des doubles vitrages asymétriques.

Economisez 35% sur votre isolation phonique

 

Une chambre à coucher doit toujours être bien insonorisée pour que son occupant puisse passer des nuits reposantes et faire des siestes pendant le week-end. Les dispositions qu’il faut prendre pour insonoriser une chambre dépendent de l’origine des bruits qui l’envahissent.

Si la chambre donne sur une avenue ou sur une voie ferrée à grand trafic, il faut au moins faire poser un matériau isolant sur le mur extérieur.

Il faut aussi faire en sorte que l’isolation soit continue, ce qui peut nécessiter d’appliquer le matériau dans les pièces voisines ou d’isoler les murs intérieurs.

En ce qui concerne les murs intérieurs, l’isolation phonique se fait par la mise en place d’une contre-cloison parallèlement au mur qui doit être isolé. L’espace qui sépare cette contre-cloison du mur peut être laissé vide. Dans ce cas, l’isolation est assurée par la couche d’air.

L’acousticien peut aussi suggérer de combler cet espace avec un matériau isolant s’il pense que cette solution sera plus efficace. Par ailleurs, si le bâtiment est ancien, la mise en place d’un matériau assurant une isolation à la fois acoustique et thermique peut être rentable.

Dans ce cas, le matériau appliqué doit avoir une résistance thermique suffisante pour permettre une réduction significative des gaspillages de chaleur et pour donner droit à la réduction fiscale prévue par la loi.

Cette réduction fiscale n’est en effet accordée que si le matériau posé a une résistance thermique au moins égale aux normes suivantes :

Territoire où le bâtiment est situé

Résistance thermique obligatoire

Département de la métropole

3,7 m2K.W

Localité située en outre-mer

0,5 m2K/W

Si la fourniture et la pose des matériaux isolants sont assurées par la même entreprise et si cette entreprise a obtenu une certification de garante de l’environnement, la réduction d’impôt appliqué est égale à 15 % de la dépense nécessaire dans la mesure où le montant est inférieur ou égal au plafonds suivants :

Constitution du foyer fiscal

Limite applicable

Une personne

8 000 €

Un couple marié ou lié par un PACS

16 000 €

Couple marié ou lié par un PACS et ayant des enfants à charge

Plafond majoré de 400 € par enfant à charge

Enfin, l’isolation du mur extérieur peut se faire en posant les matériaux sur son côté intérieur ou sur son côté extérieur. Toutefois, la seconde option doit être autorisée par l’assemblée des copropriétaires si le logement se trouve dans une copropriété.

 

La correction d’un défaut d’isolation des plafonds

Si les plafonds sont mal insonorisés, si le propriétaire du logement situé au-dessus n’a pas l’obligation légale de remédier à ce problème et s’il refuse de faire les travaux nécessaires, la seule solution consiste à faire poser un faux plafond.

Dans ce cas, le propriétaire du bien concerné peut choisir entre les trois types de faux plafonds désignés ci-dessous :

  • Un faux plafond fixé au plafond existant par une ossature et par des suspentes. Ce type de faux plafond peut offrir une bonne isolation s’il est adapté aux spécificités des bruits à réduire.
  • Un faux plafond autoportant qui est attaché à des pièces métalliques horizontales qui relient les extrémités de la pièce. Ce procédé qui permet une désolidarisation du faux plafond par rapport au plafond existant peut permettre une insonorisation efficace. De plus, ce type de faux plafond peut être rapidement installé lors d’une rénovation d’appartement.

Enfin, celui qui recherche un faux plafond plus moderne peut faire placer un faux plafond tendu. Ce type de faux plafond qui est constitué d’une toile offre également une bonne performance acoustique.

 

Type de faux plafond

Prix moyens pour 1 m²

Faux plafond suspendu ou autoportant

50 €

Faux plafond tendu

90 €

 

En améliorant l’insonorisation des sols, le propriétaire respecte la tranquillité des voisins du dessous et il accroît le confort de son propre bien, car les bruits d’impact sont réduits entre les différentes pièces.

La solution la plus simple consiste à faire poser une moquette en laine sous laquelle se trouve une sous-couche en caoutchouc suffisamment épaisse. Le prix de revient s’élève à 80 € en moyenne si la moquette est de bonne qualité.

Si la pose d’une moquette ne suffit pas ou si le propriétaire préfère le parquet, la mise en place d’un matériau isolant sous les lames de parquet est la solution à adopter. Elle peut par ailleurs être obligatoire si le règlement de copropriété l’exige. La méthode à suivre dépend de la nature du parquet.

Pour un parquet en bois massif collé, il y a lieu de mettre en place une sous-couche isolante en liège. Ce type de matériau est vendu sous forme de plaques ayant une épaisseur comprise entre deux et 4 mm. Cependant, une sous-couche alvéolaire peut procurer un meilleur résultat.

Pour un parquet flottant, l’on peut faire poser une sous-couche d’isolation acoustique entre la dalle et le parquet.

Dans ce cas, il faut que la sous-couche soit mise en place sans interruption d’un bout à l’autre de la pièce. Il est également nécessaire de veiller à ce que les plinthes soient désolidarisées du revêtement de sol.

En outre, la densité ainsi que l’épaisseur du matériau doivent être choisies en fonction du niveau de réduction de bruit exigé. En outre, si le paquet est cloué le matériau isolant est placé entre les lambourdes.

 

Un carrelage étant un matériau qui répercute fortement les bruits d’impact, la pose de matériaux isolants sous un revêtement en carrelage est importante pour assurer le confort du logement ainsi que la tranquillité des occupants de l’étage inférieur.

Pour une cuisine, pour une salle de bains ou pour toute autre pièce ayant une petite surface, il suffit de commencer par rendre le support parfaitement homogène avant de fixer les dalles et les bandes de désolidarisation. Ensuite, il faut appliquer le mortier sur les plaques et poser le carrelage.

Si la pièce sur laquelle l’on souhaite poser un carrelage est spacieuse, il faut poser des rouleaux avec une minichape d’interposition après avoir acheté des kits contenant les produits nécessaires.

Ensuite, les matériaux isolants sont posés directement sur la dalle de béton si cette dalle est suffisamment propre et nette. L’étape suivante consiste à poser la minichape sur toute la superficie.

Après avoir vérifié la régularité de son épaisseur, il faut attendre 24 heures pour que le séchage soit parfait.

Le carrelage peut être posé après l’expiration de ce délai. La pose d’un matériau isolant sous un carrelage coûte en moyenne 18 € par mètre carré.

Les moyennes des prix des matériaux d’isolation phonique

Catégorie du matériau

Prix par mètre carré

Laine de roche

8 €

Laine de verre

6 €

Liège

20 €

Fibres de bois

15 €

Ouate de cellulose

15 €

La fibre de bois et l’ouate de cellulose sont les matériaux qui offrent les meilleures performances.

 

La pose de fenêtres à double vitrage ou à triple vitrage contribue également à une bonne amélioration de l’isolation phonique d’un logement.

Pour la pose d’une fenêtre à double vitrage en PVC, la dépense prévisible peut varier entre 500 et 600 €.

 

Si les travaux ont pour objectif de renforcer isolation phonique et thermique du logement en vue de réduire les dépenses de chauffage,

Les possibilités d’incitations fiscales et financières sont les suivantes :

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique dont les conditions sont rappelées ci-dessu.
  • La possibilité d’un éco-prêt à taux zéro dont le montant maximal est de 30 000 € et dont la durée peut atteindre 15 ans.
  • La possibilité d’une aide financière versée par l’Agence sociale de l’habitat si les ressources du demandeur sont modestes. Le montant de l’aide dépend du dernier revenu fiscal de référence du demandeur et du montant total des travaux.

Si l’objectif des travaux se limite à une amélioration de l’insonorisation du bien, aucune aide n’est en principe prévue.

Toutefois, si les occupants du logement sont gênés par le trafic aérien, car le logement est proche de l’un des 10 principaux aéroports français, une aide peut être versée pour l’amélioration de son isolation phonique.

Dans ce cas, il faut commencer par faire effectuer un état des lieux par un acousticien et par joindre le compte rendu qu’il a établi à la demande d’aide.

ante. diam tristique felis tempus Curabitur facilisis lectus Sed commodo venenatis,