Rénovation Parquet

Si l’état du parquet concerné ne nécessite qu’un rajeunissement et éventuellement le remplacement de quelques lames abîmées, la dépense ne sera pas très lourde.

Il n’en sera pas de même si le parquet est complètement dégradé et s’il faut le refaire entièrement.

 

Dans la mesure où le matériau peut supporter un ponçage, les frais à prévoir pour l’intervention d’un professionnel de la rénovation des parquets seront les suivants :

Nature du travail

Tarif approximatif

Ponçage et application d’un produit pour le cirage ou la vitrification

25 € pour 1 m²

Changement des lames trop usées ou abîmées

55 € pour chaque heure de travail

Compte tenu du fait que le parquet peut être abîmé par une mauvaise utilisation de la ponceuse, il est recommandé de choisir un professionnel sérieux et expérimenté.

La personne qui préfère faire ce travail elle-même, car elle pense qu’elle en est capable devra toutefois payer les sommes suivantes :

Nature des frais

Montant approximatif

Achat de vernis vitrificateur aquaréthane ou polyuréthane

2,50 € pour traiter 1 m²

Achat de vernis epoxy

28 € pour traiter 1 m²

Achat de cire pour parquet

7 € pour traiter 1 m²

Achat de produit pour teindre le parquet

4 € pour traiter 1 m²

Location de la ponceuse

20 € par jour

 

La réfection complète d’un parquet est nettement plus onéreuse, mais elle constitue toujours un investissement qui peut faire progresser la valeur vénale ou locative du logement.

En consultant un architecte d’intérieur, il est possible de tirer un meilleur profit de cet investissement, car ce spécialiste peut suggérer des matériaux ou des couleurs grâce auxquels le nouveau parquet pourra mieux s’assortir avec une nouvelle décoration ou remédier à certains défauts de la pièce.

Economisez jusqu’à 35% sur votre rénovation

 

Type d’essence de bois

Prix par mètre carré

Chêne

80 €

Hêtre

65 €

Bouleau

70 €

Noyer

75 €

Merisier

80 €

Teck

100 €

Palissandre

65 €

 

Méthode de pose

Tarif moyen pour 1 m²

Pose collée

30 €

Pose clipsée ou flottante

25 €

Pose clouée

35 €

La pose clouée est un peu plus onéreuse, mais elle procure notamment les avantages suivants :

  • Une meilleure isolation phonique
  • Une meilleure résistance à des ponçages fréquents
  • La possibilité de faire passer des fils électriques entre les lambourdes. En revanche, la pose collée permet le chauffage par le sol, ce qui n’est pas le cas de la pose clouée.
  • Enfin, la pose flottante supporte moins bien les rénovations fréquentes. En effet, un parquet flottant risque de ne pas pouvoir être poncé plus d’une fois. Sa fragilité peut donc en fait le rendre plus coûteux à moyen ou long terme, même s’il est plus économique à l’achat. De plus, il est totalement inadapté aux pièces humides et il n’offre qu’une isolation acoustique insuffisante.

Il faut par conséquent évaluer minutieusement les avantages et les inconvénients de chacune des méthodes de pose qui sont possibles compte tenu du bois choisi et de la nature du support.

 

Les architectes d’intérieur et les marchands de revêtements de sol collaborent souvent avec des artisans dont ils ont pu évaluer la compétence et la fiabilité.

En conséquence, il est toujours judicieux de demander à l’architecte d’intérieur qui a examiné la surface à rénover ou au commerçant chez lequel on achète les nouvelles lames de parquet d’indiquer les noms et les adresses des professionnels qu’ils recommandent à leurs clients.

Si cette démarche ne permet pas de trouver un entrepreneur pouvant se rendre disponible dans un bref délai, il y a lieu de demander à chacun des entrepreneurs se trouvant dans la localité de faire un devis mentionnant le prix de la pose et le délai dans lequel elle pourra être terminée.

Afin d’éviter toute mauvaise surprise, il faut toujours demander une copie de l’attestation d’assurance en responsabilité civile professionnelle et s’assurer de l’inscription de l’artisan au répertoire des métiers ou au registre du commerce.

 

Comment une réduction de la dépense peut avoir lieu

L’achat des nouvelles lames est souvent plus économique si on le fait soi-même au lieu de le faire faire par l’artisan qui applique souvent une marge sur le prix de ces matériaux lorsqu’il se charge de les acheter.

Enfin, une aide peut être versée par l’Agence nationale de l’habitat si les travaux doivent être effectués dans un logement appartenant à un particulier ou un ménage dont les ressources sont peu élevées.

ut venenatis, sem, ut dolor. Lorem libero. ut mattis eleifend