Chaudière condensation

Actuellement, la plupart des chaudières proposées aux particuliers par les fabricants ont un système permettant de tirer profit de la chaleur produite par la création de vapeur résultant de la mise à bonne température de l’eau qui sera ensuite dirigée par les radiateurs.

La combustion qui résulte par exemple du fonctionnement d’une chaudière à gaz produit essentiellement du monoxyde de carbone et de la vapeur qui est en fait de l’eau évaporée qui se trouve dans les fumées à l’état gazeux.

Si la chaudière est équipée d’un système de condensation, au lieu d’être évacuée vers l’extérieur et perdue, la vapeur d’eau est condensée par un organe conçu à cet effet.

La condensation transforme la vapeur d’eau en eau liquide en abaissant sa température.

Il en résulte que la quantité d’eau chaude à produire pour le chauffage est réduite, ce qui entraîne une diminution de la consommation de gaz, d’électricité ou de fioul.

Si la chaudière est alimentée avec du gaz naturel, le système de condensation d’eau peut accroître le rendement de la chaudière de 10 %, ce qui constitue une nette amélioration.

Ceci explique que les fabricants proposent des chaudières à condensation pour tous les niveaux de performance recherchés par les particuliers.

Economisez jusqu’à 35%

En ce qui concerne les chaudières alimentées avec du fioul, le recours aux chaudières à condensation est moins important, car la proportion de vapeur d’eau présente dans les fumées produites par la combustion est moins importante.

En conséquence, le niveau de chaleur récupéré grâce à la condensation est plus bas.

En outre, la conception de chaudière à condensation fonctionnant au fioul a été plus difficile, car il a fallu créer des échangeurs capables de résister à l’acidité de certains composants du fioul.

Economisez jusqu’à 35%

 

Une chaudière à condensation fonctionne à une température relativement basse, car il faut que le retour du circuit de chauffage soit inférieur au niveau de rosée, soit 55 degrés.

 

Une chaudière à condensation performante permet de réduire la consommation d’énergie d’un bon tiers.

En conséquence, si la maison est avec une chaudière électrique, si elle a une surface de 100 m² et si elle a une bonne isolation thermique, la dépense de chauffage s’élève à un montant compris entre 1300 et 1400 € au lieu d’atteindre 2000 €.

De plus, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre produites par la combustion du gaz et surtout par celle du fioul, le système de condensation de la chaudière contribue à la protection de l’environnement et à la lutte contre le réchauffement climatique.

Les économies peuvent être accrues si on a l’astuce de faire installer les équipements suivants :

• Un programmateur de chauffage qui régule la température de la maison et qui peut être contrôlé à distance.

En conséquence, l’occupant de la maison peut réduire le chauffage quand il s’absente pour aller travailler et renforcer son chauffage en rentrant chez lui.

Ce type d’appareil coûte en moyenne 250 €.

• Des robinets thermostatiques qui permettent de mieux contrôler la chaleur diffusée par les radiateurs.

Grâce à ces robinets, lorsque le radiateur a atteint la température pour laquelle il a été programmé, il s’éteint automatiquement.

Ils peuvent donc notamment permettre de mieux profiter de l’ensoleillement d’une pièce orientée vers le sud.

Ils peuvent coûter entre 50 et.80 € pour chaque radiateur.

• Une horloge de programmation qui permet de programmer le chauffage en fonction des heures de présence des occupants de la maison.

• Enfin, si le logement est ancien et si les dépenses de chauffage sont élevées, il est recommandé de faire évaluer son isolation thermique.

Des fenêtres manquant d’étanchéité ou un toit ayant le même défaut sont les principales causes de déperdition d’énergie. Il faut par conséquent faire effectuer les travaux qui corrigeront ces défauts.

Ces travaux peuvent être financés par un éco-prêt à taux zéro sous certaines conditions.

 

Le principal avantage une chaudière à compensation est bien entendu la réduction des dépenses d’énergie qui en résulte.

De plus, les citoyens soucieux de la protection de l’environnement apprécient la réduction de la pollution résultant du fonctionnement de la chaudière.

Cependant, une chaudière à condensation doit être raccordée au réseau d’évacuation des eaux usées de la commune, car un circuit de chauffage rejette en moyenne chaque jour 10 litres d’eau.

Par ailleurs, si la chaudière fonctionne avec du gaz et si elle ne peut pas être raccordée au réseau de distribution de gaz de ville, il faut installer une citerne de stockage de gaz propane d’une contenance moyenne approximative de 5 m³.

Il en est de même si la chaudière est alimentée avec du fioul.

Mais si la maison peut être raccordée au réseau de distribution de gaz naturel, la chaudière à gaz à condensation procure un chauffage à la fois performant et économique.

 

Comme c’est le cas des travaux renforçant l’isolation de la maison, l’achat et l’installation d’une chaudière à gaz à condensation peuvent être financés avec un éco-prêt à taux zéro si la maison a été achevée au plus tard le 31 décembre 1989.

Le montant maximal de ce crédit est de 30 000 € et la durée de remboursement peut atteindre 15 ans.

Cependant, si le crédit n’est pas également utilisé pour d’autres travaux améliorant la performance énergétique de la maison, la chaudière à condensation doit permettre une réduction de la consommation d’énergie à des niveaux plus bas que les seuils suivants :

Consommation d’énergie du logement par an et par mètre carré de surface avant l’installation de la chaudière neuve

Niveau de consommation ne devant pas être dépassé après l’installation de la chaudière

Au-dessus de 180 kWh

150 kWh/an/m2

Moins de 180 kWh

80 kWh/m2/an

felis dapibus quis sem, non dolor. elementum ante. felis neque.